Marketing digital et accompagnement stratégique et fonctionnel

Marketing digital et accompagnement stratégique et fonctionnel
Témoignage Christine Sun Le 15/05/2018 - Mise à jour le 15/05/2018

Pourquoi avez-vous lancé votre entreprise ?

Christine Sun : Je suis consultante en marketing digital, spécialisée dans le marketing relationnel et la connaissance clients (CRM et data). Ma mission est de placer le client au cœur de la stratégie de l’entreprise. Même si beaucoup de marques disent le faire, dans les faits, très peu l’intègrent réellement dans leur stratégie…

C’est en partant de ce constat que j’ai choisi de me lancer.

J’ai toujours voulu entreprendre mais les modèles de réussite inculqués depuis jeune montraient le plus souvent des personnes évoluant en CDI dans de grandes entreprises. C’est ce que j’ai fait durant une dizaine d’années. J’ai occupé différents postes en marketing digital dans des multinationales. Je cherchais à me rassurer en rentrant dans une norme, mais ces postes n’avaient pas de sens pour moi… Il fallait que je puisse m’épanouir à travers mon travail : créer, m’exprimer, avoir des objectifs correspondant à mes valeurs. L’indépendance est la plus importante à mes yeux.

Comment avez-vous trouvé votre premier client ?

CS : J’ai trouvé mon 1er client sur la plateforme de mise en relation Malt.
J’avais mis en ligne mon profil et mes compétences. Après avoir reçu plusieurs demandes, j’ai finalement accepté une mission en stratégie de marketing relationnel pour une marque automobile allemande.

Depuis cette mission, mon activité a bien démarré… Je n’avais pas encore de site et les personnes me contactaient principalement sur LinkedIn. J’ai construit ma visibilité au fur et à mesure car tout est allé assez vite. Il faut savoir être patient pour construire des bases solides et maîtrisées. La prochaine étape est un blog sur le CRM et le marketing digital.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de persévérer les premières années ?

CS : Je vais bientôt démarrer ma deuxième année en freelance. Mon entreprise est encore jeune et en constante évolution. Même si c’est parfois difficile, j’ai appris beaucoup plus dans différents domaines en une année d’entreprenariat qu’en 10 ans de salariat et c’est ce qui me pousse à continuer.

J’ai également la chance de pouvoir travailler d’où je veux. Cette flexibilité n’a pas de prix. Je me rappelle avoir gagné une grosse mission en faisant mes rendez-vous téléphoniques sur des réseaux wifi instables au Cambodge et en Thaïlande…

Quelle est l’erreur que vous regrettez le plus ?

CS : C’est d’avoir mis autant de temps à entreprendre. Cette envie a toujours été là mais je ne savais pas par quoi commencer…

Finalement, j’ai été suivie par un consultant de porteurs de projets pour m’aider à définir le mien. J’ai mis beaucoup de temps à construire mon offre et à savoir pour qui je voulais la dédier.

J’ai ensuite suivi une formation avancée pour freelance chez LiveMentor. J’y ai rencontré une communauté avec qui je partage et échange sur des problématiques du quotidien. C’est très rassurant et important d’être entouré de personnes à la fois bienveillantes et inspirantes.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans votre gestion comptable ?

CS : Je n’aime pas du tout la comptabilité… Lorsque j’ai démarré en auto-entrepreneur, j’avais déjà des bases liées à ma formation en école de commerce. C’était gérable car les procédures étaient simplifiées.

Mais lorsque je suis passée en SASU, c’était une autre histoire… J’ai cherché un cabinet comptable pour me concentrer sur mon activité. J’ai été directement accompagnée par ECL Direct.
J’ai gagné beaucoup de temps en déléguant ces tâches très chronophages.

Après quelques mois avec ECL Direct, êtes-vous satisfaite ?

CS : Je souhaitais un cabinet réactif correspondant à mon mode de vie, à savoir connecté et qui s’appuyait sur les technologies à disposition. Les cabinets classiques, pour les avoir sollicité, en mon sens, ont des procédures très longues et fastidieuses.

Les collaborateurs ECL Direct ont été très réactifs dès le départ et m’ont convaincu avec leurs procédures simples et compréhensibles sur un sujet complexe qu’est la comptabilité. Il s’appuie également sur la plateforme Fizen pour la gestion quotidienne et est directement relié à mon compte bancaire Qonto. Tout cela combiné a été déterminant quant à mon choix de cabinet comptable.

Avoir un parcours fluide et simple, c’est mettre le client au cœur d’une stratégie. C’est l’un des grands principes que je transmets au quotidien à mes clients. C’est ce principe qui dicte également mes choix dans la sélection de mes prestataires.

Avez-vous un conseil à donner aux jeunes entrepreneurs ?

CS : Cela pourrait paraître prétentieux de donner des conseils car suis également une jeune entrepreneuse… Il est important de bien s’entourer et de bien s’organiser dès le départ. C’est primordial à la réussite d’un projet : savoir optimiser son temps et avoir un réseau bienveillant. La vie d’entrepreneur est faite de rencontres. J’ai trouvé la plupart de mes missions grâce à des concurrents qui sont maintenant devenus des partenaires.

Il est également important d’investir et voir loin, en prévoyant la trésorerie pour se donner les moyens d’avancer et de grandir. Un investissement aidera à donner une nouvelle impulsion à l’entreprise, à suivre la vision et les objectifs fixés.Et surtout, il faut toujours garder du temps pour soi et ses projets.

Pour ma part, j’ai des journées bien remplies par mon activité freelance mais je fais également du Pilate, du body balance, du running… Je rencontre d’autres entrepreneurs car je suis toujours à la recherche de bons conseils et d’inspiration.

J’aide également bénévolement à la visibilité de plusieurs associations culturelles. Mais parmi tout cela, l’événement qui me prend le plus de temps en ce moment est la préparation de mon mariage !