consultant SAP

Devenir consultant SAP indépendant, quelles sont les clés pour se lancer ?

Publié le 3 mai 2021 6 min Olivia Boulay

En tant que consultant SAP, vous pouvez très bien exercer en tant que salarié (en SSII le plus souvent), en portage salarial ou bien à votre compte. Ce dernier statut est souvent le plus rémunérateur et celui, bien sûr, qui vous permet d’exercer « en toute liberté ». Mais pour que développer votre activité soit aussi facile que la gestion de données que vous permettez à vos clients, quelques précautions s’imposent !  Dans cette fiche, faites le point de votre statut juridique, de toutes vos obligations en gestion et notamment en comptabilité. Un récap pratique pour vous assurer un démarrage simple en freelance.

Consultant freelance SAP, pas la peine de détailler tous les avantages de cette spécialisation informatique. Vous êtes mieux placé que nous pour parler du progiciel de gestion intégré conçu par la firme allemande SAP. Ce qui compte en revanche, pour devenir consultant indépendant et surtout bien gagner votre vie, c’est de bien prendre en compte toutes les obligations associées au « passage en freelance ». Suivez le guide…

Devenir consultant SAP, quelle sont vos obligations comptables et fiscales ?

Quel statut juridique et quel régime fiscal pour assurer vos missions de conseil ?

Entreprise individuelle (dont l’EIRL et le régime de la micro-entreprise) ou société (EURL, SASU), le choix du statut juridique adapté à votre activité n’est pas toujours évident puisqu’il faut tenir compte de plusieurs critères :

  • De quel régime social souhaitez-vous dépendre ?
  • Quel niveau de responsabilité êtes-vous prêt à accepter ?
  • Quel mode d’imposition est préférable pour votre activité ?
  • Comment envisagez-vous de vous rémunérer ?
  • Etc.

Vos obligations comptables dépendront de votre statut juridique. Si vous pouvez bénéficier d’une comptabilité allégée avec le régime de la micro-entreprise, ceci n’est pas le cas des autres statuts.

Le choix de la micro-entreprise est souvent l’option la plus simple, mais elle ne vous permet pas de capitaliser avec des versements de dividendes.

Aussi, notez bien que le choix de votre statut juridique en tant que technicien-fonctionnel SAP ou consultant technique SAP est d’autant plus crucial puisqu’il intervient sur votre fiscalité. En effet, selon votre statut :

  • soit vous dépendez du régime d’imposition qui s’applique de plein droit (IR ou IS),
  • soit vous pouvez formuler une option pour choisir votre régime d’imposition et ce dans le but de profiter d’une fiscalité plus avantageuse.

Consultant SAP en portage salarial ou indépendant ?

Pas envie de vous préoccuper de toute la gestion administrative de votre activité ? Vous pouvez très bien aussi faire le choix d’exercer en portage salarial. En plus de ne pas avoir à vous soucier de l’administratif, vous profitez des avantages sociaux liés aux statuts de salarié mais tout en étant consultant SAP à votre compte. Un bel avantage mais pas sans contrepartie puisque l’entreprise de portage ponctionne environ 10 % de votre CA.

Quel régime de protection sociale ?

Votre statut juridique intervient également sur votre régime de protection sociale. Selon votre statut vous serez alors soit affilié au régime de sécurité sociale des indépendants (SSI), soit au régime général de la sécurité sociale.

Aujourd’hui, nombre de consultants et de prestataires informatiques plébiscitent le choix du statut assimilé-salarié offert par la SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle). Elle vous permet de vous lancer facilement, avec une rédaction de statuts assez simple, tout en bénéficiant des aides Pôle emploi pendant toute la période de création de l’entreprise.

Vous l’avez compris, le choix de votre statut juridique est une étape clé, déterminante pour l’optimisation future de vos revenus indépendants. Consultez un juriste ou expert-comptable spécialiste des profils indépendants pour éclairer votre prise de décision.

Besoin d’un avis sur votre statut ?

Consultez nos juristes !

Assujetti à la TVA ou non ?

Au démarrage et peu importe votre statut juridique, vous pourrez bénéficier de la franchise en base de TVA. Pour cela, votre chiffre d’affaires annuel ne doit pas dépasser 34 400 € HT.

Quel budget de départ pour réussir le lancement de votre activité en tant que consultant SAP ?

Anticipez les dépenses nécessaires à la création

Indépendamment du matériel nécessaire au bon fonctionnement de votre activité (ordinateur, logiciels, licences…), au lancement de votre activité il vous faut aussi penser aux dépenses annexes :

Evidemment, le budget à allouer à la création et tout au long de la vie de votre activité est variable d’un profil à un autre. D’ailleurs, certaines de ces dépenses sont aussi une question de choix :

Qui plus est, un consultant SAP avec des revenus équivalents à un autre peut aussi très bien profiter d’une fiscalité moins lourde s’il intègre l’importance de l’optimisation fiscale de son activité et ce, dès la création.

Aides indépendants, à quoi avez-vous le droit à la création de votre activité ?

Quand on se lance à son compte, on ne dit pas non à un coup de pouce financier.

Sachez que vous pouvez bénéficier des aides de Pole Emploi à la création de votre activité en tant que consultant SAP :

Devenir consultant SAP, quelles sont les clés pour vous lancer ?

Etude de marché et prévisionnel financier ? Faut-il nécessairement en passer par là ?

Les consultants SAP sont très recherchés et trouvent généralement facilement leurs missions. Alors est-ce la peine de perdre du temps en étude de marché et autres analyses souvent assez fastidieuses ? Si vous avez déjà trouvé votre 1re mission ou si vous avez déjà exercé ces fonctions en tant que consultant salarié au sein d’une SSII par exemple, sans doute allez-vous pouvoir rapidement passer l’étape. Vous avez une connaissance du secteur et un carnet d’adresses qui va vous aider à évaluer facilement vos possibilités.

Si vous devenez consultant SAP indépendant directement après avoir validé vos formations SAP, il peut être pertinent d’y passer un peu de temps.

Dans tous les cas, vous ne pouvez pas faire l’impasse d’une analyse « chiffrée » minimale. Combien avez-vous besoin pour couvrir votre niveau de vie ? A combien devez-vous facturer la journée et/ou la mission ? Est-ce que ce « prix de journée en tant que consultant SAP » correspond bien au prix de marché auquel vous allez devoir vous adapter ?

Complétez votre étude de marché avec un prévisionnel d’activité. Cela vous permet de prévoir votre chiffre d’affaires prévisionnel tout en tenant compte des dépenses et investissements nécessaires pour le bon déroulement de votre activité et ainsi, vous pouvez peaufiner vos tarifs.

A noter : quand on pense tarification, on pense surtout au temps attribué à un client. Seulement, il faut aussi tenir compte de vos autres tâches (comptabilité, prospection, communication et ou travail de votre réseau professionnel), mais aussi bien sûr de vos congés !

Adaptez votre facturation

Après avoir étudié les tarifs de vos concurrents et les dépenses auxquelles vous devrez faire face, il vous faut aussi penser à votre méthode de facturation. Facturer selon le temps passé ? Facturer selon le type de mission ? Facturer au forfait ? Quelque soit la méthode choisie, celle-ci doit se refléter sur la facture et doit de toute évidence être bien réfléchie. Si vous bradez vos tarifs au lancement de votre activité, tout futur ajustement de vos tarifs pourrait faire fuir votre clientèle qui irait alors mettre le nez chez vos concurrents. A l’inverse, des prix trop élevés dès le départ et peu seront les prospects faisant appel à vos services.

Démarquez-vous

En tant que consultant SAP, vous pouvez vous spécialiser et gérer des missions plus ciblées. En vous spécialisant sur un module ou un groupe de module, c’est gagner en crédibilité auprès de vos prospects. Un consultant SAP FI-CO (spécialisé dans les modules de gestion des données économiques et de la comptabilité) et un consultant SAP MM-SD (spécialisé dans les modules de gestion de logistique et de vente) n’auront à fortiori pas la même cible. Mais bien sûr, pour se spécialiser, encore faut-il qu’il y ait de la place pour le faire.

Autrement, se diversifier permet aussi d’élargir votre clientèle et de minimiser les risques liés par exemple à la maîtrise d’un seul module. Misez sur ce que vous jugez bon de faire en fonction de la demande et de vos compétences !

Communiquez

Ça y est, vous voilà fin prêt !

Maintenant il vous faut penser aux canaux de diffusion pour communiquer sur vos services. Et pour cela, ne lésinez pas sur les moyens :

  • E-mailing,
  • Plateformes de mises en relation telles que Malt ou freelance-informatique.fr,
  • Salons,
  • Réseaux-sociaux…

Faites-vous aider par un expert spécialisé dans l’accompagnement des indépendants

Prospection, communication, ciblage… nul doute, travailler sa fibre commerciale pour devenir consultant est impératif, et encore plus au lancement de son activité. Mais à la création, les décisions fiscales ne sont pas moins importantes.

Rapprochez-vous d’un expert-comptable pour vous éclairer et appliquer la stratégie d’optimisation fiscale qui s’adapte le mieux à votre activité et à vos besoins.

Olivia Boulay

Rédactrice-web spécialisée dans les sujets relatifs à la comptabilité et à la gestion d'entreprise pour les indépendants

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Les 7 étapes clés pour devenir freelance

Télécharger notre livre blanc

Devenir consultant

Nos experts partagent leurs secrets

.devenir-formateur-independant
15 décembre 2020

Devenir formateur indépendant

Découvrir
17 novembre 2020

Comment calculer son TJM (taux journalier moyen) pour bien fixer ses prix de vente ?

Découvrir
.photo-1532077186269-bd51212246ec
07 juin 2018

Gérants, les frais remboursés par votre société

Découvrir