étapes en création d'entreprise

Les étapes en création d’entreprise : à quoi devez-vous penser au démarrage ?

Publié le 20 janvier 2022 9 min Olivia Boulay

C’est décidé, vous vous lancez dans l’aventure entrepreneuriale ! Vous avez votre projet en tête mais vous ne savez pas vraiment par où commencer. Décryptage de toutes les étapes en création d’entreprise.

Etape 1 : validez votre idée

La première étape en création d’entreprise consiste à vérifier si votre idée est viable. Répondez-vous à un besoin ? Quel sera votre marché cible ? La concurrence est-elle rude ? Autant de questions auxquelles il est primordial de répondre pour ne pas se lancer à l’aveugle. Vous allez investir si ce n’est des investissements financiers personnels, au minimum beaucoup de temps et d’énergie. Alors autant se donner toutes les chances dès le départ !

Si vous proposez des prestations de services en freelance, il est rare que l’idée en elle-même ne soit pas viable. Mais des vérifications s’imposent quand même. Les questions que vous pouvez vous poser :

  • Le marché n’est-il pas saturé ?
  • Êtes-vous au point sur la tarification et les prestations proposées ?
  • Votre TJM (tarif journalier moyen) est-il en accord avec ceux de la concurrence ? Et vous permet-il de gagner votre vie, en tenant compte de votre situation financière personnelle ?

Etape 2 : rédigez votre business plan

Le business plan est essentiel pour les créateurs d’entreprise à la recherche de financement. L’objectif est de convaincre des investisseurs pour financer votre activité.

En freelance, l’objectif n’est pas le même. Quand le projet est relativement simple et qu’il n’y a pas besoin d’un financement, on peut être tenté de faire l’impasse sur la rédaction d’un business plan, foncer tête baissée et voir ce que cela donne au fil du temps.

Pourtant, en plus de mettre au point votre stratégie financière, le business plan permet de vous projeter et d’ajuster votre stratégie. Il vous sert de guide pour débuter votre activité de freelance sereinement. Alors bien entendu, pas la peine d’être très formel si ce document ne vous sert « qu’à vous ». Pour autant, passer en revue chacune de ses composantes vous aidera à affiner votre projet !

Que contient-il ?

  • Le détail de votre projet
  • L’étude de marché
  • Votre business model et les prévisions financières. En freelance, peu de dépenses sont généralement nécessaires pour exercer votre activité mais faire l’effort de recenser vos dépenses (assurances, frais de déplacement, frais bancaires…) vous permet d’ajuster votre TJM (taux journalier moyen).
  • Votre plan d’action. Comment allez-vous communiquer votre offre (LinkedIn, plateforme de freelancing, site vitrine…) ?

Etape 3 : rendez visible votre offre pour trouver de nouveaux clients

Alors vous vous dite peut-être : « Pourquoi devrais-je créer un site web alors que je peux rendre visible mon offre et mes tarifs sur une plateforme dédiée (de type Malt) ? ».

Pourtant, le web offre de multiples façons de gagner en visibilité.

La création d’un site vitrine

Et la création d’un site web, c’est comme avoir une corde à son arc en plus. Créer votre site web, c’est un peu comme créer votre carte de visite. Et pour vos potentiels futurs clients, cela permet de répondre à la question « pourquoi vous et pas un autre ? ».

Créer un site web est une étape utile dès la création de votre entreprise (et d’autant plus si c’est censé être votre cœur de métier). Cela vous permet :

  • De rendre votre offre plus professionnelle avec une présentation de votre parcours et de vos atouts,
  • De mettre en avant les entreprises qui vous ont déjà fait confiance,
  • D’expliquer en détail vos services et justifier vos tarifs,
  • Mettre en avant votre valeur ajoutée (ce qui vous différencie de vos concurrents ce qui peut conforter le prospect dans son choix).

La création de vos réseaux sociaux

LinkedIn est aussi un bon moyen pour vous rendre visible. C’est un réseau professionnel avec lequel vous pouvez déployer une stratégie de content marketing efficace. Avec des publications utiles et régulières, vous pouvez :

  • Acquérir de l’audience,
  • Promouvoir vos services,
  • Augmenter votre notoriété,
  • Être visible auprès de vos clients et de vos prospects.

Les réseaux sociaux vous permettent d’attirer des clients mais aussi de vous créer un réseau professionnel avec notamment des entrepreneurs qui vivent de la même passion.

Aussi, profiter d’événements pour rencontrer d’autres entrepreneurs liés de près ou de loin à votre activité est aussi un moyen d’améliorer votre offre, de chercher à vous diversifier et aussi de décrocher de nouveaux contrats.

A noter : récoltez les témoignages de vos premiers clients pour enrichir votre site web. Cela vous permettra de gagner en crédibilité et de rassurer les prospects. Une personne est plus à même de faire appel à quelqu’un qui a déjà eu affaire à vos services et qui vous conseille.

Etape 4 : renseignez-vous sur les aides dont vous pouvez bénéficier

Ce n’est pas forcément la première chose à laquelle on pense et pourtant cela peut représenter un réel coup de pouce.

Le soutien dont fait bénéficier Pôle Emploi est considérable et peut faire figure de tremplin pour vous lancer sereinement.

  1. L’ACRE correspond à une exonération partielle ou totale des charges sociales pendant un an. Bien sûr, pour y être éligible, il vous faut être dans l’une des situations listées ici.
  2. Au chômage, vous pouvez bénéficier de l’ARE, un revenu de remplacement qui bénéficie aux personnes inscrites comme demandeurs d’emploi et involontairement privés d’emploi. Le maintien de l’ARE dépendra de votre rémunération.
    1. Ce sont donc vos bénéfices qui seront pris en compte en entreprise individuelle,
    1. En société, vous pouvez tout à fait prévoir de vous verser aucune rémunération. C’est typiquement dans ce cas que vous pouvez maintenir la totalité de vos ARE.

Bien sûr, son maintien peut aussi être partiel selon le niveau de vos revenus.

  • L’ARCE est une autre façon de toucher vos indemnités. Cela va de soi, mais l’ARE et l’ARCE ne sont donc pas cumulables. Ce sont vos mêmes indemnités mais que vous touchez différemment. Avec l’ARCE, vous touchez vos allocations chômage sous la forme de capital. Son montant est égal à 45 % du montant des droits à l’ARE restant à verser lors du début de l’activité.

Si vous n’avez pas d’investissement à financer au démarrage, l’ARE sera clairement plus utile puisqu’elle vous assure un revenu minimum pendant toute la période de démarrage pendant laquelle vous ne pouvez pas vous rémunérer ou peu.

Bénéficier d’aides financières au démarrage est un réel plus mais vous pouvez aussi trouver de l’aide autrement que financièrement. Des réseaux d’accompagnement et groupes d’entraide représentent, eux aussi, un réel apport. Pour avoir connaissance de toutes les aides qui peuvent vous être d’un grand secours, lisez notre article dédié : Aides pour les indépendants : sur quoi pouvez-vous compter pour réussir la création de votre activité ?

Etape 5 : choisissez votre statut juridique

Votre statut juridique aura un impact sur le régime social, le régime fiscal ou encore la protection de votre patrimoine.

La première étape avant de choisir votre statut juridique serait de savoir ce qui change réellement entre la création d’une entreprise individuelle et la création d’une société. Nos pistes de réflexion pour faire le bon choix.

 En entreprise individuelleEn société
FonctionnementSeul à bord, vous avez une totale liberté dans la prise de décisions.Obligation de respecter un certain formalisme pour vos prises de décisions (le cadre imposé sera plus en SAS qu’en SARL).
Régime fiscalA l’impôt sur le revenu (IR), la tranche marginale d’imposition peut aller jusqu’à 45 %. 
A l’impôt sur les sociétés (possible depuis le 14 mai 2022*).
A l’impôt sur les sociétés (IS), vous bénéficiez du taux réduit à 15 % sur les 38 120 premiers euros puis taux normal (25 %). Il est possible d’opter pour l’IR uniquement pour les SAS.
Rémunération du dirigeantVous pouvez vous verser une rémunération quand vous le souhaitez et si votre trésorerie vous le permet.
Versement de dividendes possible depuis le 14 mai 2022*).
Vous pouvez vous verser un salaire ou des dividendes.
Protection socialeSécurité Sociale des Indépendants. Le taux de cotisations sociales s’élève à environ 40 %.Dirigeant assimilé-salarié : vous êtes au régime général de la sécurité sociale (plus protectrice à l’exception de l’assurance chômage). Le taux de cotisations sociales s’élève à environ 68 %.
Possibilité de s’associerImpossible.Possible de vous associer en basculant en SAS/SARL.
* nouveau statut indépendant en 2022

Pour un choix efficace et sans prise de tête, téléchargez notre livre blanc sur la comparaison des statuts juridiques.

Etape 6 : créez votre entreprise

Les formalités de création d’entreprise diffèrent selon le statut juridique choisi.

En entreprise individuelle, les formalités à accomplir sont :

  • votre immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS),
  • votre inscription au Répertoire « SIRENE » des entreprises et des établissements tenu par l’INSEE.

Une fois ces démarches effectuées, vous obtiendrez un numéro unique d’identification (le numéro Siren) et un code d’activité APE (activité principale exercée), délivrés par l’Insee.

Si vous constituez une société, les démarches sont un peu plus complexes :

  • Dépôt du capital social de votre société à la banque,
  • Rédaction des statuts de la société,
  • Publication d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales situé dans le département du siège social,
  • Enfin, dépôt des démarches d’immatriculation au greffe du tribunal de commerce.

Agent commercial, vous devez en plus de déclarer votre activité au RCS, la déclarer au registre spécial des agents commerciaux (RSAC).

A noter : certains cabinets d’expertise-comptable s’occupe de toutes les formalités liées à la création de votre activité. Chez Amarris Direct, on s’occupe de tout et c’est gratuit ! C’est l’opportunité de profiter des conseils de spécialistes de la création d’entreprise. Nos juristes vous aident à y voir plus clair et répondent à toutes vos interrogations.

Etape 7 : penchez-vous sur les volets comptable, fiscal et social dès le début de votre activité

A la création de votre activité, il y a certainement qu’une chose qui vous préoccupe : trouver vos premiers clients. La comptabilité, la fiscalité ou encore la protection sociale sont des sujets de préoccupation qui arrivent généralement bien loin derrière. Et pourtant, il vous faut passer par là tout en prenant garde à faire les bons choix. Les décisions prisent au début de votre activité adaptées à votre situation et à votre business peuvent vous éviter bien des tracas par la suite.

Déléguer votre comptabilité en freelance, à quoi ça sert ?

Une des étapes à la création d’une entreprise (et pas des moindre !) est d’identifier si vous avez besoin d’un accompagnement comptable.

Plusieurs raisons peuvent vous y pousser :

  1. Selon votre activité, les démarches comptables peuvent être plus ou moins complexes,
  2. Vous avez peu de connaissances en la matière,
  3. Votre objectif est de gagner du temps sur des tâches chronophages pour en consacrer davantage sur des tâches à plus forte valeur ajoutée,
  4. Vous souhaitez sécuriser votre activité et maitriser les coûts en abordant les sujets juridiques, fiscaux et sociaux dès le début de votre activité.
  5. Pour bénéficier des conseils d’un professionnel à tout moment.

Déléguer votre comptabilité, combien ça va vous coûter ?

Si vous envisagez de déléguer votre compta, vous vous doutez bien que cela représente un coût. Enormément d’offres existent et quand on démarre une activité, il n’est pas forcément facile de s’y retrouver.

Le choix de votre expert-comptable… une étape essentielle à la création de votre entreprise

Ne brûlez pas les étapes en création d’entreprise. Les points de vigilance avant de vous engager auprès d’un expert-comptable :

  • Comparez bien les offres ! Tous les services que le cabinet vous propose sont définis dans la lettre de mission. Certains tarifs peuvent par exemple ne représenter qu’une infime partie d’une autre offre comptable beaucoup plus complète.
  • Prenez garde aux outils qui vous seront mis à disposition. Les prestations et outils ne se valent pas d’un cabinet à un autre.
  • Pensez à l’accompagnement ! Soyez vigilant quand vous choisissez, il existe des cabinets d’expertise-comptable dont la formule tarifaire tient compte de l’accompagnement assuré par un comptable dédié, mais il y a aussi des formules tarifaires dont l’unique service consiste à mettre à disposition un logiciel comptable.
  • Vérifiez que vous avez affaire à un véritable expert-comptable en recherchant son nom dans l’annuaire de l’ordre des experts-comptables.

Les tranches de prix pratiqués par les experts-comptables

En ce qui concerne le coût, le prix oscille selon la complexité de votre comptabilité, les services complémentaires qui sont facturés en plus (la comptabilité ne se limite pas qu’à l’établissement d’un bilan et d’un compte de résultat) et le mode de fonctionnement du cabinet (expert-comptable traditionnel ou expert-comptable en ligne).

Pour un indépendant, la tranche de prix se situe généralement entre 850 € HT et 1 500 € HT par an. Le prix d’un comptable plus en détail dans cet article.

Chez Amarris Direct, on vous accompagne pour 99 € HT/mois. En revanche, la création de votre activité est gratuite. Cela signifie que nous identifions avec vous le meilleur statut juridique selon votre projet, nous montons tout votre dossier pour le dépôt au greffe et pour la réception de votre Kbis. Et tout ceci pour 0 €.

Créez votre entreprise gratuitement avec Amarris Direct

Discutons-en !

Olivia Boulay

Rédactrice-web spécialisée dans les sujets relatifs à la comptabilité et à la gestion d'entreprise pour les indépendants

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Votre modèle de prévisionnel à télécharger gratuitement

Télécharger notre livre blanc