TJM (taux journalier moyen), comment le calculer pour fixer ses prix de vente ?
ECL DIRECT

TJM (taux journalier moyen), comment le calculer pour fixer ses prix de vente ?

  • Mise à jour le 23 septembre 2020

Devenir indépendant c’est pour certain la promesse d’une liberté très attendue. Mais la réalité du terrain est plus pragmatique, il va falloir se coller aux chiffre : combien se vendre ? Comment rapporter ses coûts à la journée ? Déterminer le plafond en deçà duquel, vous vendriez votre prestation “à perte” ? Cela signifie très concrètement qu’il vous faut calculer votre TJM, votre taux journalier moyen ? C’est-à-dire votre “tarif” à la journée que vous devez maîtriser parfaitement en tant qu’indépendant, consultant ou freelance.

Comment calculer son TJM ?

Votre Taux Journalier Moyen (TJM), c’est en gros votre prix de journée en tant que freelance ou consultant.

Vous trouverez sur Internet plusieurs méthodes de calcul du TJM. C’est finalement assez simple. Nous allons voir ensemble une méthode simple pour déterminer ce fameux TJM. Mais quelle que soit la méthode, il faudra ensuite comparer le résultat obtenu aux tendances de marché, sans quoi vous risquez de ne pas convaincre.

Pour calculer votre taux journalier moyen, il faut prendre en compte 3 éléments :

  • la rémunération que vous souhaitez percevoir,
  • les charges sociales associées à cette rémunération,
  • les frais de fonctionnement nécessaires à votre activité en freelance.

Exemple :

  • Vous avez besoin de percevoir 50 K€ /an, qui génèrent (pour simplifier) 20 000 € de cotisations sociales.
  • Vous avez 10 000 € de frais de fonctionnement (à affiner avec votre expert-comptable bien sûr). Pour rappel, les frais de fonctionnement ce sont votre voiture et les indemnités kilométriques, le téléphone, Internet, investissements à anticiper, etc.
Exemple de calcul de TJM
Rémunération 50 K€
Charges sociales (CS) 20 K€
Frais de fonctionnement 10 K€
Point mort à atteindre
80 K€
Taux de facturation 120 jours
TJM (80 /120) 666 € /jour

 

En totalisant l’ensemble de vos frais, vous devez atteindre ce que l’on appelle votre “point mort” à atteindre ou seuil de rentabilité. C’est le seuil à partir duquel votre entreprise atteint la rentabilité. Il suffit de rapporter ce montant au nombre de jours facturables par an. Dans notre exemple, cela signifie que vous devrez facturer au minimum 666 € la journée, ou en arrondissant 700 €.

En matière de nombre de jours, il vous faut prendre le nombre de jours que vous estimez pouvoir facturer. Sur les 220 jours ouvrés annuels, il vous faut donc déduire au minimum : 30 jours de congés mais aussi les temps de démarchage, d’organisation et de préparation. On arrive à la moyenne couramment admise de 120 jours facturables par an, tel qu’indiqué dans l’exemple de calcul de TJM.

Comparez votre calcul de TJM avec les prix de votre marché

calculer son TJM

Une fois vos calculs terminés, il va falloir analyser le résultat obtenu et le comparer aux prix de marché. Le prix que les entreprises sont prêtes à payer pour recevoir une expertise.

On sait très bien qu’un consultant informatique sur Paris n’aura pas les mêmes prix d’un consultant informatique sur Nantes. Certaines spécialités, très recherchées auront un prix de marché plus élevé.

Dans tous les cas, pour vous, il s’agit d’essayer de « coller » le plus possible à ce prix de marché pour que celui-ci soit « acceptable » par les donneurs d’ordres que vous allez démarcher.

Et si votre TJM est en décalage par rapport aux prix de marché ?

Il faut revoir votre copie et reprendre les différents leviers du calcul :

  1. Vous pouvez réduire vos frais de fonctionnement.
  2. Ou bien revoir un peu la voilure en matière de rémunération pour pouvoir vous adapter à votre marché.

Le conseil de votre expert-comptable pour maximiser la rentabilité de votre activité en freelance

Attention à ne jamais brader ce fameux TJM que nous venons de calculer ensemble. Car c’est ce qui vous sert à vivre. Or, 120 jours facturés par an, c’est déjà important. Il faut compter tous vos travaux de préparation, avant et après, les journées passées chez votre client. Il vous faut penser à tous les « temps » productifs certes, mais non facturés qui sont indispensables au développement de votre activité : démarcher, vous faire connaître, facturer (en choisissant à chaque fois le bon mode de facturation), éventuellement relancer vos clients en cas d’impayés, gestion de vos frais déductibles et de votre comptabilité, etc.

Bref, autant de temps de travail qu’il vaut mieux avoir anticipé pour éviter qu’au bout du compte il ne s’agisse de temps perdu…

 

Article publié initialement le 22 septembre 2020

Marie-Laure Bouchet

Rédactrice économique, comptable et juridique, spécialisée dans les sujets relatifs à l’accompagnement des petites entreprises.

Découvrir son profil
Partagez cet article
Cet article vous a plu ? Donnez-lui une note

En lien avec cet article

Un expert comptable en ligne de confiance pour votre TPE

ECL Direct, numéro 1 de l’expertise comptable en ligne pour les freelances et les indépendants, a développé une offre de services comptables unique qui vous assure un accompagnement personnalisé et adapté à vos besoins. Votre conseiller comptable en ligne attitré suit votre dossier tout au long de l’année et prend en charge la comptabilité de votre entreprise. Indépendants, consultants freelance, professions libérales, plus de 3 500 clients nous font confiance et confient leur comptabilité à nos experts-comptables en ligne.

ECL Direct, c’est aussi un service de création d’entreprise complet : prévisionnel d’activité, statuts juridiques, formalités de création d’entreprise… Votre création entreprise clé en main avec nos juristes et comptables spécialistes.