freelance informatique

Devenir freelance informatique, quelles sont les clés pour bien se lancer ?

Publié le 8 mars 2021 4 min Olivia Boulay

Plus de patron, plus d’horaires, plus aucun compte à rendre… Il est facile d’en convenir, devenir freelance informatique présente un certain nombre d’avantages. Mais entre les démarches administratives, la comptabilité et la fiscalité, il est aussi très facile de s’y perdre ! Notre liste des démarches comptables et fiscales et des clés pour se lancer sans encombre.

Devenir freelance informatique, quelles obligations comptables, fiscales et sociales ?

Votre structure juridique

Entreprise individuelle ou société unipersonnelle… choisir votre statut juridique ne se fait pas si facilement puisque vos obligations comptables, l’optimisation fiscale de votre activité, la protection de votre patrimoine en dépendent. Sans considérer toutes vos options, vous pouvez alors très vite vous retrouver avec des charges que vous auriez pu éviter si vous aviez pris le temps de bien choisir votre statut.

Votre régime fiscal

Chaque statut juridique a son régime fiscal par défaut. Soit, vous êtes imposé à l’impôt sur le revenu (IR), soit, à l’impôt sur les sociétés (IS). Mais dans certains cas, un choix entre IR et IS est possible. Pourquoi se détourner du régime fiscal par défaut ? En fait, il y a diverses raisons, en voici quelques-unes :

  • votre imposition est plus favorable à l’IS si vous prévoyez des bénéfices importants. Inversement, si vous ne prévoyez pas d’importants bénéfices et si votre tranche marginale d’imposition (TMI) n’est pas trop élevée, il est sûrement préférable de se tourner vers l’IR.
  • le traitement de vos déficits diffère selon votre régime fiscal,
  • vous avez la possibilité de distribuer des dividendes à l’IS…

En bref, il vaut mieux éviter de négliger le traitement fiscal de vos bénéfices. Votre expert-comptable est l’interlocuteur à privilégier pour faire les bons choix dès le début de votre activité.

Récap des régimes fiscaux possibles selon le statut juridique choisi :

 IRIS
Entreprise individuellePar défaut et obligatoireImpossible
EIRLPar défautIS possible sur option
EURLPar défautIS possible sur option (IS obligatoire si l’associé unique est une personne morale)
SASUOption pour l’IR durant 5 exercicesPar défaut

Votre régime de protection sociale

C’est votre statut juridique qui déterminera votre régime de protection sociale. Selon votre statut vous serez alors soit affilié au régime de sécurité sociale des indépendants (SSI), soit au régime général de la sécurité sociale.

Besoin d’un coup de pouce à la création ?

Consultez un expert !

Devenir freelance informatique, quelles sont les clés pour bien se lancer ?

Au-delà des démarches comptables, se lancer impose aussi de bien réfléchir à tous les leviers à activer pour concrétiser votre projet.

Anticipez les dépenses nécessaires à la création

En tant que freelance informatique, vous n’avez pas à effectuer d’énormes dépenses pour exercer votre activité. Il est toutefois important de bien évaluer votre budget de départ même si cela concerne surtout votre matériel informatique. Mais il n’y a pas que ça ! Au-delà de l’équipement informatique, bien d’autres frais sont à rentrer en ligne de compte :

  • vos frais de télécommunication,
  • vos frais d’assurances (notamment l’assurance responsabilité civile professionnelle),
  • les frais bancaires,
  • les honoraires pour la tenue de votre comptabilité,
  • vos frais de déplacement si vous êtes amené à vous déplacer chez vos clients…

Les aides au démarrage

Un coup de pouce financier est toujours le bienvenu quand on se lance à son compte. Vous pouvez d’ailleurs bénéficier des aides suivantes :

  1. L’ACRE : une aide financière qui vient diminuer vos cotisations sociales. Celle-ci s’applique d’office lors de la création de l’entreprise,
  2. L’ARE et l’ARCE : pour les chômeurs qui veulent devenir consultant informatique, ces deux aides peuvent aussi vous être octroyées,
  3. Les prêts d’honneur des réseaux d’accompagnement à la création,
  4. Les subventions (notamment celles de la BPI). Renseignez-vous sur ce dont vous avez le droit !

Facturer au taux horaire ou facturer au forfait

Peu importe la méthode de facturation que vous privilégiez, en calculant votre taux journalier moyen (TJM), vous pourrez ainsi savoir « combien vous vendre ». Ce TJM sera, bien sûr, à comparer avec les prix pratiqués par la concurrence.

A noter : Tout le temps passé derrière votre écran n’est pas forcément du temps attribué à un client en particulier. Pourtant, toutes les tâches administratives, de prospection, de communication sont aussi à prévoir dans votre facturation.

Développez votre réseau

Se construire un réseau, c’est rencontrer des futurs clients mais c’est aussi construire des relations avec d’autres professionnels pouvant vous aider à atteindre vos objectifs.

Evénements dédiés aux freelances, groupes spécialisés sur les réseaux… il n’existe pas une seule et unique façon de développer votre réseau.

Faites-vous aider par un professionnel dédié aux freelances et indépendants

Quand on se lance en freelance, il est clairement courant de porter plusieurs casquettes mais il y a des tâches à faible valeur ajoutée qu’il est préférable de déléguer, notamment quand il s’agit de la compta… une tâche nécessaire mais loin d’être la tâche préférée des indépendants.

Chez Amarris Direct, on en convient, les lignes de code, c’est pas notre truc ! En revanche, gérer la comptabilité des indépendants et freelances, ça nous parle beaucoup plus ! A la création et tout au long du développement de votre activité, nous vous proposons un accompagnement comptable adapté à vos besoins.

Olivia Boulay

Rédactrice-web spécialisée dans les sujets relatifs à la comptabilité et à la gestion d'entreprise pour les indépendants

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Devenir freelance

Nos experts partagent leurs secrets

Devenir_indépendant_1
29 juillet 2015

Quel est le coût d'un comptable ?

Découvrir
Devenir_indépendant_1
23 juin 2014

Création d'entreprise : faut-il penser son régime matrimonial en séparation de biens ?

Découvrir
.autoentrepreneur
15 janvier 2018

Infographie : devenir auto-entrepreneur

Découvrir