Quel statut choisir : auto-entrepreneur, EURL, EIRL… ? Parmi les statuts les plus adaptés aux créateurs, tous ne présentent pas les mêmes intérêts pour votre projet. Nos experts comptables comparent les avantages et limites de l’EIRL, l’EURL et de l’auto-entrepreneur.

  • Optez pour l’EIRL si vous avez vraiment décidé de vous lancer et que vous ne prévoyez pas de vous associer.
  • Optez pour l’EURL si vous avez vraiment décidé de vous lancer et envisagez de pouvoir vous associer un jour prochain.
  • Optez pour le statut d’auto-entrepreneur si vous n’êtes pas encore sûr de poursuivre votre activité et souhaitez tester votre concept. Ce statut est intéressant si vous avez peu de dépenses professionnelles.

EIRL vs EURL : que choisir ?

L’EURL, offre plusieurs avantages par rapport à l’entreprise individuelle à responsabilité limitée EIRL :

  1. Elle offre plus de crédibilité pour vos partenaires (grâce à son capital social).
  2. Elle obtiendra plus facilement des financements bancaires (car elle est plus crédible).

L’inconvénient principal de l’EURL est son coût de constitution : comptez entre 400 et 700 €, contre 75 € pour une EIRL

EIRL vs auto-entrepreneur : que choisir ?

Les avantages de l’EIRL par rapport au statut d’auto-entrepreneur sont les suivants :

  1. Elle permet de limiter les risques financiers en cas d’échec (en séparant le patrimoine personnel de celui de l'EIRL).
  2. Elle permet de créer un écran fiscal en cas de succès et donc de payer moins d'impôts.

Les inconvénients de l’EIRL par rapport au statut d’auto-entrepreneur :

  1. Elle nécessite plus de formalisme et de paperasse (comptabilité, charges sociales etc.) que pour un auto-entrepreneur.
  2. Elle est plus lourde à créer et à fermer.

Le conseil de nos experts-comptables pour choisir le bon statut juridique

Vous pouvez démarrer en auto-entrepreneur pour tester votre activité puis passer en EIRL lorsque vous dépasserez les seuils.

N’oubliez pas que si vous les dépassez la première année, l’Urssaf vous rattrapera sur la totalité de vos charges sociales. C'est-à-dire que vous devrez les payer rétroactivement depuis le début de votre activité. Mais puisque vous aurez dépassé vos objectifs de chiffre d’affaires, vous devriez pouvoir les payer sans problème.

Pour sécuriser votre lancement, n’hésitez pas à solliciter l’avis de spécialistes de la création d’entreprise : réseaux d’accompagnement, juristes…

Besoin d’un conseil personnalisé ? Nos experts comptables peuvent évaluer avec vous les statuts juridiques les plus adaptés à votre projet.
 

Pour aller plus loin :

Interim, intérimaire et auto-entrepreneur : est-ce possible de cumuler ?
Quand sortir du régime auto-entrepreneur ?
Auto-entrepreneur : combien ça coûte en 2012 ?
Militaire en exercice ou gendarme et auto-entrepreneur : le cumul est possible !

Comment jugez-vous cet article ?