.expertise-en-ligne

Consultant en création, quels sont les points critiques en gestion et comptabilité ?

Publié le 7 février 2019 2 min Marie-Laure Bouchet


Sylvain Hascoët et Clément Roche, tous deux responsables du Pôle expertise consultant au sein de notre cabinet Amarris Direct listent les points de vigilance à maîtriser lors d’une 1re année d’activité de conseil. Car si l’activité est souvent assez simple à piloter avec des charges souvent simples et peu élevées, le premier exercice comptable comporte, comme pour tout entrepreneur, un certain nombre d’écueils à bien anticiper…

 

Le choix de la structure juridique : « attention à bien anticiper le bon statut dès le départ. »

« Nombre de consultant optent dans un 1er temps pour l’EURL précise Sylvain Hascoët, mais l’entreprise se développe vite et finalement il faut envisager un passage en SAS. » Coût de l’opération ? Environ 3 000 € en comptant l’intervention obligatoire du commissaire aux apports et les formalités juridiques.

Entre une EURL et une SAS, ce n’est pas la même vision qui sous-tend le pilotage de l’activité. Dans la seconde, la possibilité de verser des dividendes peut considérablement modifier la manière de gérer l’activité. Il est d’ailleurs toujours tentant de verser surtout des dividendes et de limiter le montant de sa rémunération et donc de facto des cotisations sociales à verser. Mais c’est une stratégie risquée qui ne vous permet pas d’anticiper la préparation de votre retraite ou d’une couverture maladie suffisante. »

Le versement de votre rémunération de consultant en année 1 et 2 dans une EURL (statut TNS)

« Au contraire, il arrive aussi souvent complète Clément Roche que la rémunération versée soit trop importante. Car en 1re année, les appels de cotisations sont forfaitaires mais régularisés en année 2. Et là, souvent c’est le coup de bambou ! »

Sur ce point, voir le détail du calcul des cotisations sociales des créateurs en année 1 et 2.

La gestion des dépenses en début d’activité

« C’est assez typique conclut Sylvain, les consultants peuvent travailler facilement sans investir et au démarrage de l’activité il est assez naturel de « reporter les dépenses » dites de petits équipements (disque dur et autres fournitures diverses par exemple) à plus tard. Pourtant, la fin de l’exercice comptable arrive vite et ce sont des dépenses qui auraient pu diminuer le résultat imposable si on avait pu les intégrer sur l’exercice. »

Pour aller plus loin, les questions à approfondir pour démarrer votre activité de conseil

Peut-on cumuler dividendes et allocations chômage ?

Devenir consultant, ça coûte combien ? Quels ratios et chiffres clés avoir en tête pour se lancer ?

7 notions comptables à connaître quand on est consultant freelance

Consultants, 4 modes de facturation comparés pour une meilleure rentabilité

 

 

Marie-Laure Bouchet

Rédactrice économique, comptable et juridique, spécialisée dans les sujets relatifs à l’accompagnement des petites entreprises.

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Nos experts partagent leurs secrets

.2017-2018-autoentrepreneur
09 août 2017

Autoentrepreneur en 2017 - 2018 : avantages et contraintes du nouveau régime

Découvrir
07 février 2018

Amarris Direct devient la première entreprise comptable indépendante certifiée « Great Place to Work »

Découvrir
03 septembre 2018

Quelles sont les différences entre location longue durée et crédit-bail ?

Découvrir