impôts freelance

Les impôts en freelance, comment ça marche ? Comment les réduire ? 

Publié le 2 mai 2022 6 min Olivia Boulay

Vos bénéfices générés durant l’année qui vient de s’écouler sont imposés bien sûr et c’est courant mai-juin que les déclarations de résultats et de revenus freelances pointent le bout de leur nez. Normalement, rien d’inquiétant dans la mesure où l’impôt est préalablement acquitté mais il n’y a dans cette démarche rien de très plaisant non plus. Mais alors, comment sont calculés vos impôts en freelance ? Comment les déclarer ? Et surtout, comment les réduire ? Explications ainsi que quelques pistes d’optimisation. 

Les impôts en freelance : comment vos choix fiscaux impactent l’imposition de vos bénéfices ? 

En vous lançant à votre compte, vous devez choisir votre régime fiscal : l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés. Selon votre régime, le calcul de l’impôt qui pèse sur vos bénéfices sera différent.

La compta en lignes pour les freelances,

L’imposition des bénéfices pour une activité freelance à l’impôt sur le revenu (IR)

A l’IR, vous êtes imposé selon le barème progressif suivant (base 2022) :

Tranches d’impositionTaux d’imposition
Jusqu’à 10 225 €0 %
de 10 225 € à 26 070 €11 %
de 26 070 € à 74 545 €30 %
de 74 545 € à 160 336 €41 %
plus de 160 336 €45 %

A noter : les revenus tirés de votre activité freelance viennent se cumuler à ceux de votre foyer fiscal. L’impôt sur le revenu est calculé en fonction votre nombre de parts et selon votre quotient familial.

Exemple : pour un célibataire qui dégage un bénéfice net* de 30 000 €, le calcul de l’impôt sur le revenu se décompose comme suit :

  • 10 225 € x 0 % = 0
  • 15 845 x 11 % = 1 742,95
  • 3 930 x 30 % = 1 179

Montant de l’impôt : 2 921,95 €

Imposition des bénéfices pour une activité freelance à l’impôt sur les sociétés (IS)

Voici les taux appliqués sur les bénéfices imposés à l’IS :

  • 15 % pour la part des bénéfices inférieure à 38 120 €,
  • 25 % au-delà (pour un exercice ouvert à compter du 01/01/2022).

Même exemple que précédemment, pour un bénéfice net* de 30 000 €.

30 000 € x 15 % (taux réduit)

Montant de l’impôt : 4 500 €

Bon à savoir !

A partir du 14 mai 2022, vous pourrez choisir d’être imposé à l’IS en entreprise individuelle. On vous en dit un peu plus dans notre article sur le statut unique pour les indépendants

Comment déclarer vos bénéfices/revenus en freelance ?

Freelance à l’impôt sur le revenu

Déclaration de résultats et déclaration de revenus

La date limite de dépôt de la liasse fiscale en entreprise individuelle est fixée au 3 mai et au 18 mai si le dépôt est réalisé en téléprocédure. A l’impôt sur le revenu, il vous faudra renseigner l’imprimé 2031 et ses annexes. 

Pour déclarer vos revenus, ça se passe via le formulaire 2042

A quel moment, précisément, devez-vous déclarer vos revenus ? En fait, tout dépend de votre département. 

DépartementsDates limites de déclaration en ligne
Départements n° 01 à 19 et les non-résidents24 mai
Départements n° 20 à 5431 mai
Départements n° 55 à 9768 juin

Suite à cette déclaration, le solde éventuel d’impôt sur le revenu sera dû en septembre 2022. Si le montant est supérieur à 300 €, son recouvrement sera étalé de septembre à décembre.

En année de création, le dernier délai est le 2ème jour ouvré du mois de mai suivant la clôture de l’exercice. Néanmoins, une déclaration fiscale (provisoire) devra être réalisée au 31/12.

Paiement de l’impôt

A l’impôt sur le revenu, des acomptes sont prélevés mensuellement (tous les 15 du mois), ou trimestriellement (15 février, 15 mai, 15 août et 15 novembre). Le montant des acomptes est calculé en fonction des précédents revenus déjà connus des services des impôts. 

A noter : vous pouvez adapter (à la hausse ou à la baisse) le taux de prélèvement notamment en cas de changement de situation : une évolution de l’activité ou un changement dans la situation familiale. Cette modification peut être réalisée à tout moment sur le site impots.gouv.fr, dans « Gérer mon prélèvement à la source ».

Freelance à l’impôt sur les sociétés

Déclaration de résultats et déclaration de revenus

A l’IS, la date limite du dépôt de la liasse fiscale dépend de la date de clôture de l’exercice comptable. Pour une clôture au 31 décembre, la date limite est fixée au 3 mai 2022 ou 18 mai en téléprocédure. Sinon, la déclaration du résultat doit être réalisée dans les trois mois suivant la date de clôture via l’imprimé 2065 et ses annexes. 

A l’IS, vous n’avez pas à déclarer vos bénéfices via la déclaration 2042. En revanche, vous devez y déclarer votre salaire (si vous vous en versez un) ainsi que le montant des dividendes que vous vous versez.  

A noter : sur la déclaration de revenus, vous pouvez faire le choix de renoncer à la flat tax (imposition fixée à 30 %) et appliquer l’option pour le taux progressif (imposition selon le barème progressif de l’IR et abattement de 40 %). Vérifiez la pertinence de ce choix avec votre expert-comptable.

En année de création et en l’absence d’exercice clôturé au plus tard le 31 décembre de la première année d’activité, l’impôt est calculé sur le bénéfice de la période écoulée depuis le premier jour d’activité jusqu’à la date de clôture du premier exercice (au plus tard, au 31 décembre de l’année suivant celle de la création).

En l’absence d’exercice clos, vous n’avez pour l’instant pas de déclaration à déposer.

Paiement de l’impôt

A l’IS, votre impôt est réglé par acomptes. Sur l’année, l’impôt est alors acquitté en quatre fois avec un versement d’acomptes en mars, juin, septembre et décembre. Ces acomptes sont estimés à partir du résultat fiscal et de l’IS dû de l’exercice comptable précédent. Enfin, le solde de l’IS permet de régulariser le paiement de l’impôt réellement dû. La date limite pour régler ce solde (la différence entre l’impôt dû et les acomptes déjà versés) est le 15 mai. Pour un exercice clos le 21 décembre 2021, le solde de l’IS doit donc être réglé avant le 15 mai 2022.

A noter : tout retard de paiement des impôts a son lot de conséquences (majoration, intérêts de retard).  

Imposition en freelance : comment éviter de mauvaises surprises ?

Prenez en compte vos impôts et vos charges sociales quand vous fixez votre TJM

Quand vous fixez votre taux journalier moyen (TJM), il faut réintégrer un certain nombre de charges dans le calcul : les assurances, les frais bancaires, les frais de déplacement… mais aussi vos impôts et charges sociales. En estimant votre imposition, vous pourrez vous faire une idée précise des bénéfices nets après impôts. En effet, pour vous assurer le revenu auquel vous prétendez, il vous faut ajuster vos tarifs en vous assurant que votre fourchette tarifaire tienne bien compte de ce que vous aurez aussi à reverser à l’Etat.

Faites-vous accompagner par un professionnel pour optimiser votre fiscalité

Votre base imposable dépend avant tout de votre régime fiscal (IR ou IS) et de votre statut de dirigeant (TNS ou assimilé salarié). Prenez le temps d’évaluer toutes les options pour optimiser le montant de vos charges sociales et votre fiscalité.

Le régime fiscal : lequel choisir pour payer moins d’impôts en freelance ?

Avec une activité freelance imposée à l’impôt sur le revenu, votre imposition se calcule selon le barème progressif : le taux marginal d’imposition (TMI) peut aller jusqu’à 45 %. Préférez l’IS à l’IR si vos bénéfices sont importants ou si vous prévoyez des bénéfices importants. Le montant de votre impôt à l’IR dépend aussi de votre situation personnelle.  

Avec une activité freelance imposée à l’impôt sur les sociétés, vous bénéficiez du taux réduit à 15 % sur les 38 120 premiers euros et vous pouvez aussi vous verser des dividendes tout en profitant des avantages associés à ce versement (l’exonération de charges sociales notamment). Dans le cadre d’un versement de salaire, ce sont d’autres atouts non négligeables, qui permettent de réduire votre imposition (salaires déductibles de votre bénéfice imposable) et de cotiser pour la retraite.

Bien souvent, l’idéal est de cumuler les deux (salaires et dividendes) pour s’assurer une retraite minimum et profiter de l’exonération des charges sociales liée au versement de dividendes.

Alors, IR ou IS ? Dividendes ou salaires ? Que choisir pour réduire vos impôts ? Chaque situation est différente et une gestion maitrisée de votre charge fiscale permet de gonfler la performance de votre activité et d’optimiser vos revenus. Rapprochez-vous de votre expert-comptable pour faire le point sur votre fiscalité.

Besoin d’un accompagnement comptable ?

Discutons-en !

Quelles autres options pou réduire vos impôts en freelance ?

Pour réduire vos impôts, votre statut juridique et la fiscalité pour laquelle vous avez opté jouent un rôle prédominant. Mais d’autres dispositifs et manœuvres (crédits d’impôts, report de la clôture de votre exercice comptable…) ne doivent pas être négligés.

On a fait le tour pour vous des moyens à mettre en œuvre pour réduire l’imposition de votre activité de freelance (et pour en garder le plus possible dans vos poches) dans cet article : Les 8 actions concrètes à faire avant le 31/12 pour payer moins d’impôt.

*Le bénéfice net est obtenu après déduction des charges et cotisations sociales.

Olivia Boulay

Rédactrice-web spécialisée dans les sujets relatifs à la comptabilité et à la gestion d'entreprise pour les indépendants

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Consultants : 5 frais à déduire pour alléger votre impôt

Check-list : 5 frais à déduire pour alléger votre impôt

Télécharger notre livre blanc