Conseils pour bien démarrer en auto-entrepreneur
ECL DIRECT

Conseils pour bien démarrer en auto-entrepreneur

  • Mise à jour le 10 avril 2020

Auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur : nos 5 conseils clés pour bien démarrer. Les erreurs à ne pas commettre, les conseils clés de nos experts aux auto-entrepreneurs pour un démarrage réussi.

1. Ne vous trompez pas de statut, il y a parfois moins cher que le statut auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur*)

Contrairement à une idée reçue, le statut d’auto-entrepreneur n’est pas forcément le moins coûteux pour le créateur d’entreprise.

Le lancement de votre activité nécessite peut-être des investissements importants (matériels informatique, véhicule utilitaire, immobiliers, etc.). Or, en choisissant l‘auto-entrepreneur, vous perdez le droit de vous faire rembourser la TVA sur vos investissements.


L’auto-entreprise s’avère être un bon statut tremplin pour tout entrepreneur qui débute. Mais une fois votre activité démarrée, il est parfois plus rentable de basculer vers un autre statut (EIRL, SARL, SAS…). Pour le savoir, ECL Direct vous propose de faire le test avec son simulateur auto-entrepreneur.


A noter, depuis le 1er janvier 2018 et le doublement des plafonds de chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur, vous pouvez respecter le cadre du régime tout en dépassant les seuils de la franchise de TVA et donc, être assujetti à la TVA. C’est le cas si votre CA est compris entre (base 2020):

  • 34 400 € et 72 500 € pour des prestations de service,
  • 85 800 € et 176 200 € pour une activité commerciale.

Voir sur ce point, le cumul auto-entrepreneur et TVA.

auto entrepreneur conseils

Il y a un autre cas où l’auto-entrepreneur ne sera pas l’option la plus rentable. En effet, si l’activité est déficitaire les premiers mois, en auto-entrepreneur vous payez des cotisations sociales sur des revenus que vous n’avez pas.

Dans ces deux cas, le régime réel simplifié est beaucoup plus intéressant que le statut d’auto-entrepreneur, puisque ce régime permet de récupérer la TVA et de ne payer les cotisations sociales que sur le bénéfice réel de l’activité.

Peut-être que le statut d’auto-entrepreneur n’est pas le plus intéressant financièrement pour vous. Vérifiez bien les avantages et inconvénient de ce statut. N’hésitez pas à vous rapprocher d’un expert comptable pour y voir plus clair.

2. Auto-entrepreneur : assurez-vous !

Attention, l’activité d’auto-entrepreneur n’offre aucune protection en termes d’assurance responsabilité civile.

Vous devez impérativement vous protéger en souscrivant une RCP (Responsabilité Civile Professionnelle) qui vous couvrira en cas de sinistre occasionné par votre activité.

N’oubliez pas qu’en cas de litige ou contentieux professionnel, vous êtes responsable y compris sur vos biens propres. En clair, si un de vos clients considère subir un préjudice et demande des dommages et intérêts, il pourra obtenir la saisie de vos biens personnels pour se faire payer.

La souscription d’un contrat d‘assurance doit vous permettre de vous prémunir contre ce risque.

3. Respectez vos obligations légales

Le statut d’auto-entrepreneur permet de simplifier un certain nombre de formalités administratives, mais il ne les supprime pas toutes.

En choisissant le statut auto-entrepreneur vous devez respecter les obligations légales suivantes :

  1. établir des factures en bonnes et due forme (mais sans TVA),
  2. tenir un registre des entrées (encaissements) et sorties (décaissements) de trésorerie,
  3. respecter vos obligations en termes d’assurance professionnelle.

4. Cumulez votre statut auto-entrepreneur avec les aides du Pôle emploi

Contrairement à certaines idées reçues, il est possible de cumuler la perception d’indemnités du Pôle emploi (ex-Assedic) et le statut d’auto-entrepreneur.

Si vous avez droit au chômage, vous pouvez donc cumuler votre activité en auto-entrepreneur avec 2 systèmes d’aides du Pôle emploi :

1. La perception d’un capital de départ
2. Le maintien de tout ou partie de vos indemnités chômage

Un sérieux coup de pouce dont il serait dommage de se priver si vous pouvez y accéder !

5. Faites-vous conseiller par des spécialistes de l’entreprise : juristes, experts comptables…

Ce n’est pas parce que vous choisissez un régime simplifié en optant pour l’auto-entrepreneur que votre activité est plus simple que les autres.

Consulter un conseiller en création, un expert comptable ou un juriste spécialiste de l’entreprise, vous aide à prendre les bonnes options dès le départ.

 

* Depuis le 1er janvier 2016, le statut auto-entrepreneur est renommé en micro-entrepreneur, sans entraîner de changements du statut. Régime micro-entrepreneur, le point des réformes en cours.

Article publié initialement le 2 janvier 2013

Claude Robin

Expert comptable et commissaire aux comptes et co-fondateur d'ECL Direct, Claude Robin conçoit de nouveaux outils de gestion et se spécialise dans l’accompagnement des petites structures.

Découvrir son profil
Partagez cet article
Cet article vous a plu ? Donnez-lui une note

En lien avec cet article

Un expert comptable en ligne de confiance pour votre TPE

ECL Direct, numéro 1 de l’expertise comptable en ligne pour les TPE, a développé une offre de services comptables unique qui vous assure un accompagnement personnalisé au meilleur prix. Votre conseiller comptable en ligne attitré suit votre dossier tout au long de l’année et prend en charge la comptabilité de votre TPE. Indépendants, consultants, professions libérales, TPE, plus de 3000 clients nous font confiance et confient la comptabilité de leur TPE à nos experts comptables en ligne.

ECL Direct, c’est aussi une aide à la création d’entreprise personnalisée pour votre projet d’entreprise : prévisionnel d’activité, statuts juridiques, formalités de création d’entreprise… Votre entreprise clé en main avec nos juristes et comptables spécialistes.