Optimisation des rémunérations : le crédit d’impôt intéressement

Mise à jour le 28/08/2018 2 min Claude Robin

Les entreprises ayant conclu un accord d’intéressement entre le 4 décembre 2008 et le 31 décembre 2014 peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt intéressement égal à 30 %. Ce qui veut dire qu’une prime d’intéressement qui a couté 100 € à l’entreprise, s’élève à 125 € lorsque le bénéficiaire la reçoit ! Nos experts comptables rappellent les éléments clés à connaître et le calcul de la prime d’intéressement, dont peut aussi bénéficier le chef d’entreprise.

 

A noter, si vous avez créez votre entreprise après 2014, vous ne pouvez pas prétendre à ce dispositif d’optimisation de rémunération du dirigeant. Bien d’autres dispositifs sont disponibles et peuvent contribuer à l’optimisation de votre rémunération de dirigeant : retraite facultative Madelin, plan d’épargne entreprise, etc.

Éléments clés à retenir concernant le crédit d’impôt intéressement

  • Le crédit d’impôt intéressement ne concerne que les entreprises de moins de 50 salariés et les nouveaux contrats d’intéressement.
  • Le chef d’entreprise peut en bénéficier à condition d’avoir au moins un salarié et d’avoir déposé le contrat auprès de l’administration. La rémunération du dirigeant est retenue comme étant égale au montant de la rémunération la plus élevée versée dans l’entreprise à un salarié.
  • La prime d’intéressement peut être immédiatement distribuée au bénéficiaire comme une prime normale (elle est alors imposable à l’impôt sur le revenu).
  • L’intéressement peut être calculé et donc versé par année, par semestre, ou par trimestre.
  • Les critères de déclenchement et de calcul de l’intéressement sont libres : il n’est donc pas nécessaire de faire un bénéfice pour pouvoir verser l’intéressement.

crédit d’impôt intéressement

Simulation financière du versement de l’intéressement

  • Prime d’intéressement versée = 143 €
  • Crédit d’impôt intéressement = 30 % X 143 = 43 €
  • Coût réel de l’intéressement pour l’entreprise = 143 – 43 = 100 €
  • Cotisations sociales retenue par l’employeur = 12 % x 143 = 18 €
  • Net pour le bénéficiaire (avant impôt sur le revenu) = 143 – 18 = 125 €

 

Article publié initialement le 13 février 2014

Claude Robin

Expert comptable et commissaire aux comptes et co-fondateur d'Amarris Direct, Claude Robin conçoit de nouveaux outils de gestion et se spécialise dans l’accompagnement des petites structures.

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Nos experts partagent leurs secrets

aides création d'entreprise
23 septembre 2021

Chômeur et créateur d'entreprise : quelles aides ?

Découvrir
OGA
30 mars 2021

OGA, CGA, AGA, à quoi ça sert ? Quel est leur rôle ?

Découvrir
25 mars 2021

C'est quoi un business model ?

Découvrir