TVA en auto-entrepreneur (micro-entrepreneur) : comment ça marche ?

Le 05/02/2018 - Mise à jour le 02/03/2018
(17 notes)
3 mn de lecture

La TVA en auto-entrepreneur (ou micro-entrepreneur), s’applique dès que vous dépassez les seuils de plafonds de CA et quittez le régime. Mais depuis le doublement des plafonds de CA au 1/01/2018, vous pouvez aussi être assujetti à la TVA, tout en conservant le régime auto-entrepreneur. Explications, car c’est pour le moins et pour le moment, encore un peu confus !

 

Auto-entrepreneur et TVA, des changements importants au 1er janvier  2017

Au 1er janvier2017, les plafonds de CA de l’auto-entrepreneur sont multipliés par deux. Résultat, vous pouvez rester auto-entrepreneur tant que votre CA ne dépasse pas :

  • 170 000 € pour les activités commerciales (achat-revente d’objets ou d’aliments à emporter ou à consommer sur place, ou de fourniture de logement)
  • 70 000 € pour les activés de service

Par contre, même si vous êtes auto-entrepreneur, vous devrez facturer et payer la TVA (vous êtes « assujetti » à TVA), si votre chiffre d’affaires dépasse les limites suivantes :

  • 82 800 € pour les activités commerciales
  • 33 200 € pour les activités de service

Ce sont les règles classiques d’assujettissement et celles-ci son aussi applicables aux auto-entrepreneur. Voir notre article sur les conditions pour bénéficier de l’exonération de TVA (« la franchise en base de TVA »).

Des seuils de tolérance sont prévus. Ainsi, vous bénéficiez encore de la franchise de TVA tant que votre CA ne dépasse pas :

  • 91 000 € pour les activités commerciales

35 200 € pour les activités  de services

En clair, que se passe-t-il quand vous dépassez les seuils de la franchise de TVA en auto-entrepreneur ?

CA est compris entre :
82 800 € et 91 000 € (activités commerciales)
33 200 € et 35 200 € (activités de service)
CA > 91 000 € ou 35 200 €
(selon l’activité)
Vous restez en franchise de TVA pour l’année en cours.

Le basculement au régime réel simplifié de TVA s’effectuera au 1er janvier de l’année suivant le dépassement, si :

  • votre CA N+2 ne dépasse pas ces seuils de tolérance,
  • votre CA N-1 ne dépassait pas 82 800 € ou 33 200 € (selon l’activité).
C’est donc une sorte de régime intermédiaire qui s’instaure entre le moment où vous dépassez les « anciens seuils de CA » et celui où vous dépassez les « nouveaux seuils de CA ». Période intermédiaire où vous êtes assujetti à la TVA, tout en restant auto-entrepreneur et sans complètement basculer pour autant dans le « régime réel ».


Concrètement, comment collecter la TVA en auto-entrepreneur ?

Une fois les seuils de tolérance franchis (91 000 € ou 35 200 €, selon activité), vous êtes assujetti à la TVA et  basculez dans le régime réel simplifié. Vous appliquez la TVA sur vos factures. Cela signifie que vous collectez la TVA et devrez donc la « reversez » à l’État.

Le pendant, c’est que vous pouvez aussi « récupérer » la TVA déductible. C’est-à-dire la TVA réglée sur les biens et services que vous achetez dans le cadre de votre activité professionnelle. A condition toutefois que vous achetiez à des professionnels eux-mêmes assujettis à la TVA.

Vous déclarez et reversez la TVA collectée sur vos factures au semestre, donc deux fois par an. Ces acomptes prévisionnels seront ajustés en fin d’année lors de la déclaration de la CA12, en décembre de chaque année.

 

Vos obligations comptables en tant qu’auto-entrepreneur assujetti à la TVA :

En matière de suivi des comptes, seule est exigée la tenue d’un livre aux pages numérotées sur lequel est inscrit, jour par jour, sans blanc ni rature, le montant de chacune des opérations, en distinguant, au besoin, les opérations taxables et celles qui ne le sont pas.

Pour déclarer votre TVA et régler la TVA due, vous devez créer votre compte professionnel sur le site des impôts.

Attention, avant de pouvoir déclarer votre premier acompte de TVA, vous devez également activer votre compte professionnel. Cela peut prendre un peu de temps, n’attendez donc pas le dernier moment pour vous y mettre !

Pour rappel, dans le régime réel simplifié, vous devez déclarer votre TVA par deux acomptes semestriels :

  • 55 % en juillet,
  • 40 % en décembre.

 

Le conseil de nos experts comptables si vous allez dépasser les plafonds auto-entrepreneur et bientôt payer et collecter la TVA

Pour vos clients professionnels, l’application de la TVA en auto-entrepreneur ne change pas grand-chose puisqu’ils y sont également assujettis. La TVA qu’ils vous paient sera déductible de leur déclaration de TVA et ils vont pouvoir la « récupérer ». En revanche, si vous vendez des produits ou prestations à des particuliers, ceux-ci vont voir vos tarifs augmenter sans pour autant pouvoir récupérer la TVA appliquée en plus.

Vous devez donc anticiper cette augmentation. Si vous démarrez tout juste votre activité, il est peut-être bon d’en tenir compte si vous pensez pouvoir rapidement sortir du régime auto-entrepreneur. Fixez d’emblée un tarif qui comprend les 20 % de TVA que vous pourriez appliquer plus tard.

Si vous avez déjà démarré votre activité, pour vos anciens clients, vous pouvez par exemple profiter d’un changement d’année pour justifier une augmentation de vos tarifs de 10 %. Puis augmentez-les à nouveau de 10 % l’année suivante…

OFFRE SPECIALE

L’expertise comptable en ligne pour les TPE
à partir de 69 € H.T / mois


Partager cet article :
Cet article vous a plu ? Donnez-lui une note
Marie-Laure Bouchet

Marie-Laure Bouchet,

Rédactrice économique, comptable et juridique, spécialiste dans l’accompagnement des petites entreprises.

Découvrir son profil
Ordre des experts comptables

ECL Direct, numéro 1 de l’expertise comptable en ligne pour les TPE, a développé une offre de services comptables unique qui vous assure un accompagnement personnalisé au meilleur prix. Votre conseiller comptable en ligne attitré suit votre dossier tout au long de l’année et prend en charge la comptabilité de votre TPE. Indépendants, consultants, professions libérales, TPE, plus de 3000 clients nous font confiance et confient la comptabilité de leur TPE à nos experts comptables en ligne.

ECL Direct, c’est aussi une aide à la création d’entreprise personnalisée pour votre projet d’entreprise : prévisionnel d’activité, statuts juridiques, formalités de création d’entreprise… Votre entreprise clé en main avec nos juristes et comptables spécialistes.