Vous souhaitez réduire le capital social de votre SARL ? Quelles sont les démarches à accomplir ?

Mise à jour le 12/11/2018 3 min Marion Mogan

Les associés d’une société à responsabilité limitée (SARL ou EURL) peuvent envisager une réduction de capital social pour plusieurs raisons : reconsolider la situation financière en absorbant les pertes, retrait d’un associé de la société… Pour que la réduction de capital social soit valable, il convient de respecter certaines règles et d’accomplir plusieurs formalités.

Réduction de capital social : pourquoi ?

Les associés ont la possibilité de réduire le montant du capital social de la société pour de multiples raisons, voici quelques exemples :

  • Le retrait d’un associé, diminution de la participation d’un associé :

On rembourse le montant de la participation de l’associé qui se retire ou qui désire récupérer une partie de sa participation et on supprime ses parts sociales

  •  Absorber les pertes :

On diminue le capital social, ce qui permet de « gommer » les pertes par un jeu d’écritures comptables.

Réduction de capital social : comment faire ?

Les règles applicables en matière de réduction de capital social, sont généralement prévues dans les statuts de la société. La première chose à faire est donc de vérifier ce que prévoient vos statuts en matière de réduction de capital social.

Réduction de capital social

En règle générale, les règles sont les suivantes :

1. Le consentement de la majorité des associés

La réduction de capital social doit être décidée par les associés en règle générale à la majorité des 2/3 en assemblée générale extraordinaire (les statuts peuvent prévoir une autre règle de majorité).

2. Le respect de l’égalité des associés

La réduction de capital social ne doit pas porter atteinte à l’égalité des associés c’est-à-dire qu’un associé ne doit pas voir sa participation diminuer plus que les autres associés sauf s’il a donné son consentement.

3. Bien choisir la procédure de réduction de capital

La procédure de réduction de capital social diffère selon que la réduction de capital soit motivée ou non par des pertes.

Vous devez ensuite suivre les formalités suivantes :

Réduction de capital non motivée par des pertes  Réduction de capital motivée par des pertes
Étape 1 :

Rédaction du projet de réduction de capital social

Le projet de réduction de capital social nécessite un écrit, il doit être constaté dans un procès verbal  –
Étape 2 :

Dépôt du projet de réduction
de capital social

Le procès verbal portant le projet de réduction de capital doit être déposé au Greffe du Tribunal de Commerce au moins 1 mois avant la décision de réduire le capital social.

(ceci afin de permettre au créancier de s’opposer à la réduction de capital)

 –
Étape 3 :

Rédaction du procès verbal de réduction de capital social

Rédaction du procès verbal de réduction de capital social
Plusieurs mentions obligatoires doivent être insérées dans le procès verbal, par exemple : modalités de la réduction de capital social (suppression de parts sociales ou réduction de la valeur des parts)
Étape 4 :

Enregistrement du procès verbal de réduction de capital social

Le procès verbal de réduction de capital social doit être déposé aux services des impôts des entreprises pour être enregistré dans le mois qui suit la date de l’assemblée générale

Il convient d’envoyer plusieurs exemplaires du procès verbal (au moins 2) avec un chèque de règlement des frais d’enregistrement (voir plus bas)

Étape 5 :

Dépôt de la réduction de capital social au Greffe du Tribunal de Commerce

Le procès verbal une fois enregistré auprès des impôts doit être déposé au Greffe du Tribunal de Commerce accompagné des statuts mis à jour et d’une attestation de parution dans un journal d’annonces légales.

Ce dépôt permet de rendre la réduction de capital social opposable aux tiers. C’est-à-dire qu’à partir du dépôt la réduction de capital social est considérée comme « définitive ».

Réduction de capital social : quel est le coût (tarifs 2018) ?

Une réduction de capital social induit les coûts suivants :

Le droit d’enregistrement aux impôts :

  • Si le capital social de la société est inférieur à 225 000 € : 375 € TTC
  • Si le capital social de la société est supérieur à 225 000 € : 500 € TTC

Les frais de dépôt au greffe du tribunal de commerce : 195,38 € TTC (79,38 € TTC s’il s’agit d’une EURL). Il faut ajouter la somme de 15,44 € TTC dans le cadre d’une réduction de capital non motivée par des pertes (dépôt du projet de réduction de capital social)

Frais éventuels de rédaction des actes relatifs à la réduction de capital et à la modification des statuts qui s’en suit : entre 200 et 500 € HT selon les prestataires.

 

Pour plus d’informations ? Faites-vous aider par un expert comptable ou juridique en nous consultant.

 

Article publié initialement le 26 novembre 2012

Marion Mogan

Marion MOGAN, juriste en droit des affaires diplômée d'un Master 1 en droit des affaires et d'un Master 2 en droit et gestion du patrimoine, accompagne les entreprises au quotidien dans toutes leurs démarches juridiques et fiscales.

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Actualités et conseils en comptabilité

Nos experts partagent leurs secrets

.salaire-consultant-rs
18 février 2021

Salaire consultant indépendant, comment calculer votre revenu net ?

Découvrir
.devenir-formateur-independant
15 décembre 2020

Devenir formateur indépendant

Découvrir
17 novembre 2020

Comment calculer son TJM (taux journalier moyen) pour bien fixer ses prix de vente ?

Découvrir