Amortissement linéaire, amortissement dégressif, que choisir ?

Mise à jour le 08/04/2021 3 min Claude Robin

L’amortissement est une technique comptable qui permet de constater la dépréciation de la valeur des investissements (machines, véhicules, bâtiments…). Deux méthodes d’amortissement bien connues (amortissement linéaire et amortissement dégressif) permettent de calculer cette dépréciation. De quoi s’agit-il ? Quelle différence entre ces deux méthodes ?

L’amortissement, c’est quoi ?

Amortir, c’est constater dans le bilan et dans le compte d’exploitation la dépréciation de la valeur d’un investissement.

Exemple : un ordinateur peut-être amorti sur une durée de 3 ans. A quoi ça sert ? Eh bien, l’amortissement se déduit des profits réalisés. Cela vous permet donc de payer moins d’impôts sur vos bénéficies.

Quels sont les différents types d’amortissement possibles ?

Lorsqu’on amorti un bien, on a généralement le choix entre deux modes d’amortissement : l’amortissement linéaire ou l’amortissement dégressif.

L’amortissement linéaire

L’amortissement  linéaire concerne les biens utilisés de manière constante sur plusieurs années. Il permet d’étaler sur une période donnée le coût d’acquisition de ces biens. Cet étalement prend la forme d’une dotation aux amortissements. Cette dotation est égale à la valeur de l’investissement divisée par le nombre d’années d’utilisation.

L’amortissement dégressif

L’amortissement dégressif est utilisé pour l’amortissement des biens dont l’intensité d’utilisation décroit avec le temps.

La somme amortie est plus importante en début qu’en fin de période d’amortissement.

Le taux de l’amortissement dégressif est la résultante de la multiplication du taux de l’amortissement linéaire et d’un coefficient dégressif qui est modifié selon la durée d’utilisation du bien, à savoir :

  • 1,25 pour une période d’utilisation égale à 3 ou 4 ans
  • 1,75 pour une période d’utilisation égale à 5 ou 6 ans
  • 2,25 pour une période d’utilisation supérieure à 6 ans

Que choisir, amortissement linéaire ou amortissement dégressif ?

L’avantage de l’amortissement dégressif est qu’il permet d’amortir les biens plus vite. Donc, il permet de payer moins d’impôts en diminuant le bénéfice imposable.

Privilégiez l’amortissement dégressif si vous payez « trop d’impôts » et souhaitez en payer le moins possible.

Privilégiez l’amortissement linéaire sur une longue durée, si vous voulez améliorer le résultat de votre entreprise.

La dotation aux amortissements, comment ça se calcule ?

Exemple d’amortissement linéaire :

J’achète une machine à 100 000 € et décide de l’amortir sur 5 ans :
Taux de l’amortissement : 1/5=0,2 soit 20 %
Montant à amortir chaque année : 100 000 x 20 %=20 000 €
Je vais amortir chaque année pendant 5 ans 20 000 €. Au bout de 5 ans, ma machine sera totalement amortie, sa valeur nette comptable sera égale à 0.

Exemple d’amortissement dégressif :

J’achète un ordinateur 10 000 € que je peux amortir en 4 ans :
Amortissement linéaire : ¼=0,25 soit 25 %
Période d’utilisation pour une période égale à 4 ans, amortissement dégressif : 0,25 x 1,25=0,3125 soit 31,25 % (amortissement dégressif = taux d’amortissement linéaire x coefficient dégressif)

Au bout de 4 ans, mon ordinateur sera totalement amorti, sa valeur nette comptable sera égale à 0.

AnnéeBase amortissableAmortissement linéaire ou dégressif (1)AnnuitésValeur nette comptable
110 000 €31,25 %3 1256 875
26 875 €33,33 %2 2914 584
34 584 €50 %2 2922 292
42 292 €100 %2 2920

(1) Le taux applicable (linéaire ou dégressif) est le taux le plus élevé. Dans notre exemple, le taux le plus élevé est le taux dégressif pour la première annuité, puis le taux linéaire est le taux le plus élevé pour les 3 dernières annuités.

A noter : si l’amortissement ne s’effectue pas sur une année complète (par exemple si vous avez acquis l’ordinateur au mois de mai), le calcul s’effectue au prorata temporis. Calcul de l’annuité au prorata : base x taux x (temps/360).

Attention  : on repasse au mode linéaire lorsque le résultat de l’amortissement dégressif devient inférieur au résultat de l’amortissement linéaire.
Par ailleurs, certains biens ne peuvent pas être pris en compte par l’amortissement dégressif, à savoir :

  • les immobilisations incorporelles, excepté les investissements en matière audiovisuelle ;
  • les immobilisations amorties par le contribuable dont l’usage est cédé à un tiers ;
  • les véhicules automobiles, exceptés les taxis et véhicules à louer avec chauffeurs ;
  • les biens d’occasion.

Le conseil de nos experts-comptables

Le mode d’amortissement retenu lors du premier amortissement ne peut généralement pas être modifié par la suite. Ni pour l’immobilisation concernée, ni pour l’ensemble des immobilisations de même nature. Il importe donc de bien réfléchir avant d’arrêter son choix.

Articles sur le même thème

Article publié initialement le 30 septembre 2014

Claude Robin

Expert comptable et commissaire aux comptes et co-fondateur d'Amarris Direct, Claude Robin conçoit de nouveaux outils de gestion et se spécialise dans l’accompagnement des petites structures.

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Je fais ma compta freelance

Nos experts partagent leurs secrets

16 novembre 2018

Pourquoi et comment facturer et vendre plus cher ?

Découvrir
16 juillet 2015

Loi sur l'immigration : nouvelles obligations pour les donneurs d'ordre envers leurs sous-traitants

Découvrir
06 décembre 2016

Quelle durée pour mon premier exercice ?

Découvrir