L’inventaire du stock de fin d’année : 5 erreurs à éviter

Mise à jour le 25/08/2015 2 min Antoine Guiot

L’inventaire du stock de fin d’année doit être rigoureux. Il est déterminant dans le calcul de la performance et du résultat de votre entreprise. Voici donc les 5 erreurs à ne pas commettre lors de l’inventaire du stock.

1. Bien différencier stocks et immobilisations

Les biens qui doivent être inclus dans le stock sont clairement limités. Il s’agit des éléments suivants :

  • Les stocks de matières premières : c’est ce qui est utilisé dans les produits que vous fabriquez.
  • Les stocks de marchandises : ce sont les biens que vous achetez pour les revendre en l’état.
  • Les  stocks de fournitures et consommables : ce sont les autres produits que vous « consommez » dans votre activité (des emballages par exemple).
  • Les stocks de produits finis : ce sont les biens que vous avez produits mais qui ne sont pas encore vendus.
  • Les stocks en-cours de production : ce sont les biens, les travaux ou les services qui sont en cours de production mais qui ne sont pas terminés à la date d’inventaire.

Il faut donc exclure des stocks les immobilisations, c’est-à-dire tous les biens d’investissements qui servent à l’activité mais qui sont destinés à rester dans l’entreprise : matériel, outillage, mobilier, etc.

2. Ne pas valoriser les stocks en prix de vente

Le stock doit être valorisé en coût d’achat hors taxes. Il faut donc reprendre le prix unitaire de chaque bien tel qu’il figure sur les factures de vos fournisseurs, remise commerciale déduite.

Vous ne pouvez pas prendre en compte dans les stocks les biens pour leur prix de vente prévu, vous ne pouvez pas non plus y inclure la TVA.

3. Ne pas oublier les marchandises facturées mais pas encore réceptionnées

Il peut arriver qu’à la date de l’inventaire, vous soyez en attente de la livraison d’un fournisseur. Si la facture est établie avant la date de clôture de l’exercice, elle sera comptabilisée sur l’exercice. Il faut donc inclure les marchandises dans le stock même si elles ne sont pas encore chez vous.

4. Ne pas inclure des marchandises vendues mais pas encore livrées

De la même façon, si vous avez déjà facturé des marchandises à un client mais que vous ne les avez pas encore livrées, elles seront comptabilisées comme déjà vendues. Il ne faut donc pas les inclure dans le stock à l’inventaire alors même qu’elles sont encore en magasin.

5. Ne pas compter les marchandises qui ne seront jamais vendues

Au fil des ans, on garde souvent dans les remises des marchandises d’anciennes collections, des références dépassées ou un peu abîmés. Il ne faut plus les comptabiliser dans le stock au risque de gonfler sa valeur artificiellement.

S’il reste une chance de pouvoir les vendre, on peut les inclure dans l’inventaire du stock mais pour une valeur plus faible, tenant compte du prix auquel on les vendrait et de la probabilité qu’on trouve un acheteur.

 

Article publié initialement le 9 octobre 2012

Antoine Guiot

Antoine GUIOT est expert comptable à Saint Nazaire. Il a débuté sa carrière en accompagnant des créateurs et repreneurs d'entreprises dans la conduite de leur projet. Il accompagne depuis plusieurs années les chefs d'entreprises, artisans, professions libérales ou associations.

Découvrir son profil
Partager cet article
Cet article vous a plu ?
Donnez-lui une note

Merci pour votre vote !

Votre TPE super rentable

Télécharger notre livre blanc

Nos experts partagent leurs secrets

.salaire-consultant-rs
18 février 2021

Salaire consultant indépendant, comment calculer votre revenu net ?

Découvrir
.devenir-formateur-independant
15 décembre 2020

Devenir formateur indépendant

Découvrir
17 novembre 2020

Comment calculer son TJM (taux journalier moyen) pour bien fixer ses prix de vente ?

Découvrir