Mink Digital

Témoignage Michelle Levin Le 26/04/2017 - Mise à jour le 26/04/2017

Pourquoi avez-vous lancé votre entreprise ?

Michelle Levine : Après avoir été salarié durant 20 ans, j’ai profité d’un licenciement économique en 2013 pour lancer mon projet. Au départ, j’étais partie pour trouver un autre emploi. Mais à ce moment-là, des amis cherchaient à lancer un projet en ecommerce.

Je me suis rendu compte que j’avais un profil polyvalent qui me permettrait d’accompagner des entreprises de taille intermédiaire, qui n’avaient pas forcément le budget pour embaucher en interne. Mon profil se démarquait aussi des agences web en offrant un accompagnement plus personnalisé. Et pour répondre aux besoins de mes clients, je fais appel à des freelances pour me concentrer sur mon expertise en tant que directrice artistique.

J’ai compris alors que ma mission était de mettre mon expérience au service des petites et moyennes marques

Comment avez-vous trouvé votre premier client ?

M.L. : Mon premier vrai client payant, a été USM, marque de haut de gamme dans le mobilier de maison, (http://www.usm.com/fr-fr/). Cela s’est fait grâce à mon réseau, comme la plupart des autres contrats que j’ai obtenus par la suite. Malgré tout, les deux premières années n’étaient pas simples en termes de prospection. Puis depuis octobre 2016, j’ai gagné 4 appels d’offre.

Qu’est-ce qui vous a convaincu de persévérer les premières années ?

M.L. : Quand on a l’impression d’avoir une offre qui répond à un besoin, il faut s’y accrocher. Quand on sait que le business model est bon, il faut persévérer.

Et pour savoir si un business model est bon, j’ai fait le point sur mon expérience passée dans le milieu de la mode. Puis j’ai constaté un jour qu’une entreprise de sportwear avait délégué le travail à une agence en sous-traitance. Je me suis alors inspirée de ce modèle pour construire le mien.

Quelle est l’erreur que vous regrettez le plus ?

M.L. : J’ai l’impression de ne pas avoir choisi le bon statut fiscal lorsque j’étais accompagné par le précédent cabinet d’expertise comptable. Etant en SASU, les charges sociales sont trop élevées. J’aurais peut-être dû passer plus de temps à étudier la question en me projetant mieux dans l’avenir.

Quelles difficultés avez-vous rencontré dans votre gestion comptable ?

M.L. : Après mon deuxième bilan, je me suis rendu compte que mes connaissances en la matière étaient limitées. Je ne comprenais pas pourquoi ma société faisait des pertes malgré une bonne trésorerie, et l’équipe d’ECL Direct m’a expliqué que c’était parce que je me versais un salaire trop élevé.

Comment s’est déroulé votre migration de votre ancien cabinet d’expertise comptable vers ECL Direct et comment trouvez-vous leurs services ?

M.L. : Pendant 3 mois, ECL Direct nous assigne un conseiller pour nous aider à faire la transition. Il a tout géré et s’est mis en contact avec l’ancien cabinet. Cette aide m’a permi de dédramatiser beaucoup de choses. Un jour, on m’avait réclamé 4000 euros pour ma prévoyance. ECL Direct a vérifié et a trouvé qu’il s’agissait là d’une erreur. Mon expert-comptable (Christophe Rapiteau)  et mon conseiller comprennent qu’en face d’eux, ce sont des gens inexpérimentés. Ils sont pédagogues et prennent le temps d’expliquer. Le fait que ce soit à distance ne présente aucuns inconvénients, car la communication par email est préférable pour moi. Le fait que tout soit dématérialisé me convient très bien. Les tarifs pratiqués par ECL Direct a été une raison importante de mon choix. Enfin, j’apprécie le conseil que l’on m’apporte.

Avez-vous un conseil à donner aux jeunes entrepreneurs ?

M.L. : Faire attention à sa trésorerie durant les 2 premières années en ayant une attitude très conservatrice. Il faut limiter les frais en acceptant de ne pas louer de bureau à l’extérieur par exemple.

Et pour ceux qui se posent la question de rester salarié ou non, c’est d’abord une question de personnalité. Moi, j’ai travaillé longtemps en entreprise et j’aimais le fait de pouvoir côtoyer des collèges. Mais comme j’aime aussi travailler seule, ma situation actuelle me convient bien.