Le coût de l'affacturage comprend : la commission d’affacturage, la commission de financement et des frais de dossier. L’ensemble de ces coûts représentent entre 7 % et 15 % du montant des créances TTC cédées. C’est donc un coût très important. Les contrats d’affacturage imposent également une retenue de garantie sur le montant TTC des créances cédées qui s’élève généralement à 10 %.


Exemple du coût global d’une opération d’affacturage :

Globalement, une créance cédée de 10 000 € HT vous permettra de récupérer entre 8 500 € HT et 9 300 € HT en fonction de la qualité de votre signature et de celle de vos clients.

1 - La commission d’affacturage

C’est un pourcentage du chiffre d'affaires que vous allez céder. Il comporte le prix de l’assurance contre les impayés auquel s’ajoute le coût de gestion de vos factures.

Cette commission a un minimum annuel convenu avec votre banque. D’une entreprise à une autre, les prix peuvent ainsi aller du simple au double. Attention, il est assez élevé et rarement renégociable.

2 - La commission de financement

C’est le taux d’intérêt qui s'applique au financement de vos factures.

Ce taux est souvent proche ou inférieur à celui de votre banque en escompte ou en loi Dailly.

Ce taux ne s’applique que sur l’argent avancée et sur la durée du prêt (donc jusqu’au paiement final de votre client).

Exemple : si vos clients payent à 60 jours et que le taux d’intérêt est de 6 %  par an, ce "prêt" sur 60 jours vous coûtera donc 1 %.

3 - Les frais de dossiers liés lorsque vous signez un contrat d'affacturage

Des frais de dossiers sont généralement facturés par la banque, pour tout nouveau client pour lequel vous présentez une créance au factor, pour les dossiers contentieux, etc. Ils peuvent représenter entre 75 € HT et 1 000 € HT par opération.

Le fonds de garantie est généralement de 10 % du montant TTC de vos factures.

La société d’affacturage finance donc 90 % de votre facturation TTC et vous restitue les 10 % non financés dès que votre client a intégralement payé sa facture (une fois un minimum de fonds de garantie constitué).

Le conseil de nos experts-comptables si vous souhaitez céder des créances via l'affacturage

Avant de signer votre contrat, négociez particulièrement :


1. Les frais de dossiers : à analyser ligne par ligne
2. Le montant de la commission d’affacturage annuelle minimum : attention surtout concernant l’année de sortie du contrat, si vous en sortez en début d’année civile.
3. Le pourcentage de votre fonds de garantie.

Pour réduire le coût de votre affacturage :

1. Ne confier que vos plus importants clients et ceux qui génèrent les plus importantes factures.
2. Effectuer un regroupement de votre facturation. Vous ferez ainsi d’importantes économies sur le coût de gestion.
3. Renégocier le prix de votre contrat au bout de quelques mois si votre entreprise progresse au-delà de ce qui était prévu.
4. Pointer régulièrement les frais de dossiers qui vous sont facturés, car de nombreux abus ont été constatés.

 

Articles sur le même thème :

Comment obtenir un emprunt plus facilement ?

Comment marche le financement Dailly ?

Combien coûte le financement dailly ?

Comment faire une augmentation de capital en numéraire ?

 

Comment jugez-vous cet article ?